You are currently browsing the tag archive for the ‘Russie’ tag.

Ivan Iakovlevitch Bilibine est un illustrateur russe connu pour ses mises en images de contes et légendes Russe dans la première moitiée du XXe siècle.

Après avoir finit ses études artistiques entre Saint-Petersbourg et Berlin, il est envoyé entre 1902 et 1904 dans des régions du nord de la Russie occidentale afin de récupérer du matériau ethnographique pour le musée Alexandre III. Ces deux années passées dans ces régions vont le familiariser avec le folklore russe qu’il illustrera à maintes reprises durant sa carrière, notamment en mettant en image les recueils de contes de Alexandre Afanassiev – parfois comparé aux frères Grimm pour son impressionnant travail de collecte de contes populaires.

Carte postale, 1904

Diaspora russe à Paris

Après la révolution russe de 1917 il quitte la Russie et arrive à Paris en 1925. Il y passera une dizaine d’années durant lesquelles il continuera d’illustrer les contes russes, notamment pour la collection du Père Castor – dans laquelle les contes du monde slave et ses artistes sont bien représentés – et participera avec ses compatriotes artistes de la diaspora russe à la création de décors pour l’Opéra russe.

Mir iskusstva : Le monde de l’art

C’est également en 1917 qu’il devient président de la revue artistique d’avant garde Le monde de l’art – Mir iskusstva (eng), créée en 1898 par Serge de Diaghilev, plus tard créateur des Ballets russes. Cette revue donne son nom aux membres d’un mouvement artistique : les miriskusniki. Ils cherchent à se détacher du réalisme russe des Ambulants de la fin du XIXe en s’inspirant du symbolisme et de l’art nouveau, cherchant ainsi préserver l’héritage des Romantiques.

Le style Bilibine

Ce qui rend les illustrations de Bilibine si précieuses, c’est la force qui s’en dégage. Ses aplats de couleurs, cernés de traits noirs très nets, lui permettent de faire ressortir les différents éléments de son dessin. Particulièrement ses personnages, qui quelque soit leur pose, solennelle ou triviale, imposent par leur présence. Ses motifs ornementaux donnent des allures d’enluminure à ses illustrations, et finissent d’ancrer ses images dans la culture slave de part les motifs qu’il utilise.

Sombre nuit, Vassilissa la très belle, 1900

Baba-yaga, Vassilissa la très belle, 1900

Le Tsar Saltan écoute aux fenêtres, Le conte du Tsar Saltan, 1905

Un faucon se change en vaillant guerrier, Maria des mers, 1911

Parallèles en vrac

En cherchant dans les inspirations de Bilibine, on peut trouver Louis-Maurice Boutet de Monvel, connu pour son fameux travail sur Jeanne d’Arc. À titre de comparaison avec un quasi-contemporain de son époque, le dessinateur américain Winsor McCay est lui aussi influencé par l’art nouveau, et on retrouve donc entre les deux artistes une filiation commune. Parmi ceux qu’il a inspiré, on peut citer le réalisateur de film d’animation russe Lev Atamov (eng) notamment dans La Rose écarlate (ru) de 1952, film de la période du réalisme socialiste soviétique (eng).

Sources :

Article Ivan Bilibine sur Wikipedia

Ivan Bilibine sur Russie.net

Gallerie de cartes postales sur Flickr

« Les mélodies du symbolisme russe » sur Le journal des arts.fr